n544144686_644708_8985

Comme la quasi-totalité des meilleures joueuses françaises, Caroline Afonso, n° 5 française et tenante du titre dans le Generali Ladies Tour, a choisi de débuter son année 2011 au bout du monde. Trois tournois disputés au cœur de l’été austral, en guise de préparation à une saison dont elle attend beaucoup. Si le résultat ponctuel n’est qu’anecdotique, les bienfaits de cette tournée, eux, pourraient s’avérer bien réels.

De Christchurch, Nouvelle Zélande

« Même si, pour l’instant, les résultats sont décevants (N.D.L.R. Bilan français dans quelques jours sur www.golfpro.fr), je pense que faire cette tournée était une très bonne chose. Cela m’a permis de mettre en place le travail effectué durant l’hiver. En revanche, ce qui m’a manqué est de ne pas avoir fait suffisamment de parcours avant de commencer ces tournois. Nous avons eu de mauvaises conditions climatiques et j’ai eu du mal à rentrer dans la compétition, à trouver mes repères sur les parcours, dans des conditions réelles de jeu. Mais, au bout du compte, avoir commencé à me mettre en configuration compétition dès le début de l’année sera très certainement bénéfique au moment de démarrer la « vraie » saison européenne ».

Alors justement, en quoi a consisté votre travail d’inter-saison ?

« Il y a eu 2 aspects. Le premier est un important travail technique, avec mon entraîneur Philippe Mendiburu, sur le swing lui-même. Sans entrer dans le détail, j’avais plusieurs points à améliorer techniquement. Mais ce travail- là ne peut se faire qu’entre deux saisons, car assimiler les nouveautés prend toujours un peu de temps. Je ne doute pas qu’une fois mécanisés, ces changements donneront à mon jeu de la valeur ajoutée. Et puis, c’est le second point, j’ai aussi mis en place durant cet hiver un programme de préparation physique très intense, plus intense que jamais. »

Vous avez terminé l’année 2010 à la 53ème place du ranking du L.E.T. Cela vous laisse, en termes de classement, une marge de progression assez importante ?

« Evidemment, je ne m’en contente pas. Et je me fixe pour 2011 quatre objectifs principaux. Je voudrais finir dans les 15 premières du classement européen. J’aimerais aussi me qualifier pour le British Open et, pourquoi pas, réaliser mon rêve de môme de participer à l’Evian Masters en remportant auparavant un tournoi du circuit européen. Enfin, mon dernier objectif est probablement, sentimentalement, le plus important : conserver mon titre du Generali Ladies Tour. C’est le premier et seul circuit que j’ai remporté à ce jour. Il a pour cadre des sites aussi magnifiques que différents les uns des autres. Et il me tarde déjà d’être à Terre-Blanche du 16 au 18 mars. Je serai ravie d’y retrouver le monde du golf français ».